• Plus d'un français sur deux veut un duel Royal / Sarkozy au second tour de la présidentielle.

    Plus d'un français sur deux veut des petites phrases, des empoignades, de la bagarre... du sang ; parce que plus d'un français sur deux se fout de la politique, parce que plus d'un français sur deux pense que c'est bonnet blanc et blanc bonnet, parce que plus d'un français sur deux ne croit plus en la politique pour régler les problèmes du pays.

    Pourquoi ? Parce que plus d'un français sur deux pense que ses petits problèmes de la vie quotidienne : la circulation, les amendes pour infractions au code de la route, le métro en retard, la queue à Carrefour, les gamins qui font des conneries, les instit qui font grève, le chefaillon de mauvaise humeur, le proprio qui augmente le loyer, la boulangerie qui ferme deux mois par an, le petit noir à deux euros au comptoir, les problèmes de Libération, le soutien à Sarkozy du Monde, (heu, non là je m'éloigne)... c'est la faute de la mondialisation, des fonctionnaires qui coûtent trop chers, des hommes politiques qui font des promesses qu'ils ne tiennent jamais.

    Eh oui, on se sent mal (à noter que nous sommes les plus gros consommateurs de psychotropes du monde) alors le pays va mal. Et comme les alternances n'ont pas résolu notre dépression, on a fini par penser que c'était notre société qui déprimait ; ce qui n'est pas loin d'être vrai, si l'on considère que les individus constitutifs d'une société sont la société même mais complètement faux si l'on admet que les français sont quand même des casse-couilles en puissance, de mauvais coucheurs et des spécialistes de la masturbation intellectuelle.

    June D.


    2 commentaires
  • Mais comment L'Express peut-il encore ouvrir ses colonnes à Claude Allègre, digne représentant de la connerie magistrale ?

    Ancien Ministre de l'Education Nationale qui n'a su que mettre le feu aux poudres, ami du lâcheur de 2002, dogmatique et obtus, capable d'user de tous les artifices jusqu'à ceux de la désinformation et du mensonge pour faire valoir ses idées réacs.

    La dernière en date étant de désavouer toute la communauté scientifique sous le prétexte que le Môsieur ne croit pas au réchauffement climatique ; et pour étayer sa thèse, que plus personne n'ose soutenir même chez les Bush, il convoque de faux articles, donne de fausses interprétations d'autres et fait preuve d'une mauvaise foi que même Staline aurait pu lui envier.

    Mais quand annoncera-t-il, comme son ami de trente ans, son retrait de l'intelligentsia, que sa seule présence dévalorise depuis tant d'années ?

    Après, on se demande pourquoi certains électeurs de gauche ont voté "vert" (entre autres) au premier tour en 2002.

    June D.

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique